Regard sur l’art

JULIETTE VIVIER

mardi 18 mai 2010

Juliette Vivier est née en 1979 à Abidjan (Côte d’Ivoire), et revient en France après une enfance passée en Afrique de l’Ouest.

Après des études de Lettres Modernes, elle intègre l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (ENSAD), où elle se spécialise en gravure.

Son goût pour les voyages l’entraîne régulièrement hors de France, pour découvir et dessiner.

Travaillant depuis quelques années comme graphiste free lance, elle décide en 2009 de remettre en priorité son travail personnel et artistique. Elle est actuellement en résidence à la Cité Internationale des Arts.

PRÉSENTATION

Ma pratique artistique est fortement liée à l’utilisation des techniques d’estampe. Celle de la gravure en particulier, est devenu un élément très important de mes recherches plastiques.

Approfondir ce médium complexe et riche, et pouvoir l’emmener vers une pratique libre et personnelle.

Ces recherches, largement influencées par ma sensibilité littéraire, et tendant à une certaine simplicité graphique, sont menées parallèlement à un travail du dessin, qui m’a récemment amené à expérimenter des voies nouvelles. En effet, celui-ci m’a poussé plus loin dans mon travail d’observation et de tracé : une précision accrue, des interprétations de matières et de formes que j’ai voulues différentes, et une avancée dans mon travail de synthèse. Essayer d’aller à l’essentiel tout en re-gardant la complexité et la singularité d’une ligne, d’une valeur, d’un aspect, d’une structure. Expérimenter ses limites techniques, et tenter de se mettre en danger.

Dans cette démarche, je mobilise mon attention autour d’atmosphères minérales, terrains propices à mes recherches actuelles.

En parallèle, se manifeste dans mon travail un désir d’absorber la tension abstraction/figuration : prendre en compte la notion de champ, de cadre ; se questionner sur la forme imaginée, ou représentée (donc réinventée) ; et mettre en jeu le pouvoir d’évocation du dessin.

Cherchant à diluer cette distinction, à mettre en place une équivalence et à abolir cette question même, l’image superpose et développe plusieurs niveaux de lecture, passant d’une représentation premièrement figurative à un construction interne plus abstraite : paysages abstraits, formes hybrides, où l’oeil peut se promener et se perdre.

SIte Web : www.juliettevivier.com

Courriel : juliette.vivier@gmail.com

Portfolio

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0